juillet 24, 2020

Les jeunes enfants et les écrans


Les écrans sont omniprésents dans la maison de nos jours. Que ce soit dans le salon avec la télévision, dans le bureau avec l’ordinateur de papa ou avec le smartphone dans la main de maman. Généralement ils sont très appréciés de nos enfants et il peut être tentant de les laisser devant afin de pouvoir faire autre chose. Si ces écrans peuvent avoir certains effets positifs sur l’apprentissage notamment, il est important de comprendre que leur utilisation doit être ciblée et chronométrée. En effet, avec une exposition non calculée, les écrans présentent des effets négatifs certains sur nos chérubins. On sait que pour se développer pleinement, un jeune enfant à besoin d’interactions avec les autres que ce soit par la parole ou au travers de tout type d'exercices. Ces interactions sont la meilleure source de stimulation pour lui. Il est donc facile de comprendre que plus l’enfant passe de temps devant un écran, moins il se sociabilise et de ce fait moins il se développe pleinement.


Différentes études françaises et canadiennes ont démontré les mauvais impacts que peut déclencher une surexposition des enfants aux écrans :

  • Une moins bonne motricité que leurs camarades d’école, n’ayant pas suffisamment exploré, touché, joué, sauté ou couru
  • Un mauvais contrôle de son comportement et de ses émotions (il peut avoir davantage de difficulté à se calmer et une potentielle agressivité)
  • Des capacités cognitives moins élevées (mémoire à court terme et apprentissage de la lecture et des mathématiques)
  • De moins bonnes habiletés sociales dues au manque d’interaction
  • Des difficultés de concentration
  • Des problèmes de sommeil
  • Une mauvaise estime de soi

C’est pourquoi de nombreuses recommandations existent à ce sujet. Il est de ce fait déconseillé d’exposer les tout-petits de moins de 2 ans à tout écran, sans exception.

Pour les enfants de 2 à 5 ans, il est conseillé de les exposer au maximum une heure par jour, mais chez Max & Lea nous sommes convaincus qu’une demi-heure par jour est largement suffisant. Nous vous expliquerons à la fin de cet article l’idée du contrat moral et d’exemple parental à ce sujet. Enfin pour les enfants de plus de 5 ans, nous recommandons de ne pas les laisser plus de une à deux heures par jour devant les écrans.

Mais contrairement aux idées préconçues, il peut bien évidemment y avoir des effets positifs sur les enfants. Rappelons ici qu’avant 2 ans il ne convient pas d’exposer le jeune enfant et que les écrans ne doivent pas se substituer aux interactions avec les autres ou aux jeux traditionnels.


Un outil
d'apprentissage


Il est possible que certaines applications existantes ou à venir puissent devenir un bien meilleur outil d’apprentissage que les émissions de télévision grâce à leur interactivité.
L’enfant peut répondre aux stimulus qu’il reçoit ce qui l’aide à découvrir de nouvelle forme d’interaction. Il peut par exemple apprendre à reconnaitre des sons, des rythmes, des personnages etc. Il pourra également développer sa logique, ses habilités visuelles et sa capacité à résoudre des problèmes.
Il reste cependant essentiel qu’un adulte l’accompagne dans l’utilisation de l’application, il est en effet prouvé que les enfants apprennent mieux en étant accompagnés.

Les 5 conseils Max & Lea :

Limiter le temps passé devant les écrans pour toute la famille

Parce que l’adulte doit montrer l’exemple, il sera moins productif d’expliquer au jeune enfant de jouer avec ses jouets s’il voit constamment papa et maman devant leurs écrans. Nous savons que c’est très difficile car de nos jours nous avons des distractions provenant de tous les endroits : notre agenda sur notre téléphone, nos mails sur la tablette ou l’ordinateur, les informations à la télévision etc. Nous recommandons donc de cloisonner autant que possible l’univers des écrans et l’univers de l’interaction sociale avec l’enfant, en gardant peut-être la télévision pour le moment où l’enfant fait la sieste par exemple.

Nommer le moment écran et valider un contrat moral

L’introduction des écrans dans la vie de l’enfant doit comprendre une autorégulation. Cela se fait en nommant le temps pendant lequel l’enfant va pouvoir utiliser l’écran et en renommant ce temps lorsqu’il sera invité à arrêter. De ce fait, il attend ce moment et connait sa durée. Et il convient d’échanger avec lui après coup sur ce qu’il a vu et appris. Ainsi l’arrêt est moins brutal. Chez Max & Lea, nous pensons que le contrat moral avec l’enfant permet de le responsabiliser sur la gestion de son temps avec les écrans. Il s’agit de convenir avec lui de la durée d’utilisation de l’écran et de petit à petit s’assurer qu’il arrête de lui-même. Cela enseigne également à l’enfant le respect des règles et l’autodiscipline.

Accompagner autant que possible l’enfant

Nous ne répèterons jamais suffisamment que l’enfant append mieux accompagné d’un adulte. Même s’il peut être tentant de laisser l’enfant se débrouiller seul avec sa tablette et son application, chez Max & Lea nous recommandons de le guider pas à pas, puis de le laisser se gérer de manière autonome tout en gardant un œil sur son évolution. L’échange verbal après coup permet à l’enfant de nommer ce qu’il a appris.

Un écran ne doit jamais remplacer une interaction sociale

Nous partons toujours du principe que s’il est possible de faire réaliser une autre activité à l’enfant plutôt qu’être devant un écran, alors la première solution doit être privilégiée. En d’autres termes, l’écran doit être occasionnel. Ce n’est pas parce que l’enfant à le droit à 30 minutes par jour que cela doit devenir quotidien. Préférez toujours les jeux en plein air ou les activités éducatives à la maison. Ce sont les meilleurs moyens pour que votre enfant se développe de la manière la plus saine possible.

L’écran ne doit pas récompenser les mauvais comportements

Beaucoup de parents peuvent trouver attirant de proposer des écrans à leurs enfants pour les calmer lorsqu’ils sont surexcités. A titre exceptionnel cela peut fonctionner, mais le risque est que le contenu du programme peut énerver davantage l’enfant. Le son fort, les effets spéciaux et les défilements rapides des décors sont autant de stimulus qui peuvent avoir un effet contraire à l’effet souhaité. Surtout, l’enfant n’apprend pas à se contrôler tout seul ou à réguler son humeur par lui-même. C’est pourtant un apprentissage essentiel. Et l’utilisation d’un écran pour le calmer a malheureusement l’effet de récompenser le comportement difficile.

Vous pouriez aimer aussi

Le jeu en extérieur
Lire plus →
La PlayBoard

49.90

29.90

Aide-moi à faire seul
Lire plus →